Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFRIKANEWS

CENTRAFRIQUE : APPEL A LA NATION DU MINISTRE Armel Mingatoloum SAYO

30 Septembre 2015, 23:23pm

Publié par Mspdi Ubuntu

CENTRAFRIQUE : APPEL A LA NATION DU MINISTRE Armel Mingatoloum SAYO

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

PRESS RELASE DU 30 SEPTEMBRE 2015 BANGUI RCA

DISCOURS DU MINISTRE

DISCOURS D’ APPEL A L’ENDROIT DU PEUPLE CENTRAFRICAIN

SUITE A LA CRISE ACTUELLE QUI SECOUE LA NATION

CENTRAFRICAINE

Par Armel SAYO Ministre de la Jeunesse et des Sports de la République Centrafricaine

Centrafricaines, Centrafricains !

Mes chers compatriotes, Chers amis jeunes de toutes les contrées de notre cher et beau pays

pays la RCA !

Peuple Centrafricain du Sud, du Nord, du Centre, de l’Est et de l’Ouest !

Chers parents Centrafricains de toutes obédiences religieuses, philosophiques, politiques et

culturelles !

L’Heure est grave

Notre pays se retrouve plongé à nouveau depuis quelques jours dans une nouvelle escalade de

violences interminables qui ne finit pas de causer la mort et la désolation dans nos familles

dans notre pays, et particulièrement à Bangui qui est le champ de bataille de cette nouvelle

crise.

Des innocents! Des jeunes de notre pays y ont perdu la vie et le sang continu de couler.

Oui je réitère qu’il s’agit du sang de beaucoup trop d’innocents, de nos petits frères et sœurs

de nos enfants et compatriotes qui ne sont en réalité responsables de rien et ne demandaient

qu’à vivre dans un monde meilleur.

Pour toute l’humanité, seul et unique est celui qui a laissé couler son sang pour nous tous, et

pour la rémission de nos péché, fut Jésus Christ de NAZARETH, fils du créateur de toutes

créatures, pour nous sauver et nous épargner de tout mal et malédiction.

Mais Hélas aujourd’hui encore, le sang du peuple Centrafricain continue de couler sans arrêt,

sans que personne ne puisse y trouver des raisons valables et convaincantes et surtout, sans

jamais y trouver un remède durable et définitif.

Pourquoi ces tumultes ?

Il n’y a pas si longtemps nous étions tous invites à Brazzaville en Juillet 2014 dans le cadre

du dialogue centrafricain autour du Médiateur International S.E .M Denis Sassou NGUESSO.

Un sommet qui a permis à tous les fils et filles de ce pays de nous parler et reprendre le

chemin de la paix de la réconciliation par un dialogue inclusif participatif réparateur.

Apres la formation d’un gouvernement de Transition inclusif comprenant toutes les

sensibilités socio- politiques et confessionnelles conduit par S.E.M Mahamat Khamoun

sous la très Haute Autorité et la Clairvoyance de S.E.M Catherine SAMBA Panza

Présidente de la République et chef de l’état de transition, nous sommes arrivé après

consultations de nos populations dans toutes les régions de longs mois durant, à ce que nous

avions tous appelés le FORUM DE BANGUI.

Le Forum de BANGUI qui s’était tenu en terre Centrafricaine ; avec la participation de tous

les acteurs majeurs de la vie sociale, économique et politique avait encore fait grandir les

germes de paix et de cohésion plantés par le Gouvernement de Transition ; malgré toutes les

difficultés et insuffisances, car, notons-le, aucune œuvre humaine n’est parfait.

Nos partenaires Africains et Internationaux qui nous suivent et nous aident avaient commencé

pour la plupart à croire en notre volonté et notre capacité de nous en sortir.

Ici même ! Dans nos villages et régions du Nord au Sud de l’Est à L’Ouest, tous avions

commencé à rêver à cette sortie de crise véritable.

Les préoccupations de nos concitoyens tournaient essentiellement autour du désarmement, du

redéploiements de l’administration sur toutes l’étendue du territoire, et l’enrôlement des

populations sur la liste électorale ainsi que bien d’autres tâches administratives ainsi et soucis

financiers et matériels liés à l’organisation pratique des élections .

On avait commencé à penser aux dates et délais de la fin de l’année, ainsi que des moyens à

mettre à la disposition de l’Agence Nationale en Charge des Elections pour terminer avec la

Transition et passer le témoin a un gouvernement démocratiquement élu , et légitime pour

parachever cette tache si laborieuse de pacification totale du pays.

C’était mal connaitre les ennemis du peuple.

C’était mal connaitre les oiseaux de mauvaise augure et hiboux de malheurs

tapis dans l’ombre colporteurs de désastre et de désolation dans notre pays.

Comme par un hasard des pires circonstances, ce fut un prétexte et un élément déclencheur

d’une série de crimes et de tueries qui ne finissent pas d’endeuiller notre pays depuis le milieu

de la semaine dernière.

Ainsi BANGUI capital de notre chère patrie est redevenu à nouveau un champ de bataille, de

crimes, de vols, de pillages et d’assassinats horribles et gratuits qui ne finissent pas

d’endeuiller notre pays.

Le nombre provisoire des victimes à ce jour excède la trentaine de morts et autant de blessés

qui pour la plupart sont encore malheureusement des jeunes.

Ainsi notre jeunesse se meurt. Notre jeunesse est sacrifiée sur l’autel des gens aux desseins

lugubres et nauséabondes. Ils profitent sans aucune gêne de toutes les circonstances, pour

passer à l’acte ignoble qui est de verser toujours le sang du centrafricain.

Malheureusement à y regarder de près, au milieu de ceux qui tirent les ficelles ou qui sont

même actifs sur le terrain du désordre et des tuerie, l’on est encore plus étonné et déçu de

voir agir certains signataires des accords et participants au Forum de Bangui qui avaient

pourtant juré devant la nation, de tout mettre en œuvre pour que la paix, la cohésion et la

réconciliation ne soient plus jamais perturbées.

Sans vergogne et scrupules certains de nos compatriotes prennent gout au jeu macabre de

pyromanes pompiers qui tirent encore et toujours vers le bas vers les profondeurs du trou sans

fin de la misère, de l’instabilité, et de la désolation.

Face à cela, mes chers compatriotes, il n’est pas question pour nous de renoncer àØ

notre responsabilité historique face à la nation.

Il n’est pas non plus question de nous laisser tous emportes par cette vague de violenceØ

souvent insensées et sans raison profondes, qui ne font que endeuillés toutes nos

familles et la nation toute entière car en vérité tous, autant que nous sommes, nous

n’avons qu’un intérêt unique : LA SAUVEGARDE DE NOTRE PATRIE qui est la

mère nourricière de tous et de toutes.

Oui nous sommes tous obligés, malgré toutes les confusions inexplicables savamment

orchestrées par nos ennemis communs qui ne veulent que diviser pour régner et exploiter nos

faiblesses pour s’accaparer nos richesses, de nous unir et résoudre au plus vite nos

divergences pour ne pas laisser fissurer notre maison commune la RCA.

Mes chers compatriotes ! Certes je suis amené à vous interpeller, à nous interpeller.

En tant que membre de l’équipe gouvernementale en charge du département de la Jeunesse et

des sports, mais surtout en tant que jeune centrafricain fils de ce pays, convaincu qu’il faut

mettre un terme à cette escalade intolérable qui ne nous honore guère.

Jamais le nombre de crimes et de morts n’aura été dans aucune société

humaine ; un trophée à brandir avec fierté.

Jamais les auteurs de crimes dans aucun génocide, guerre civile ou conflits n’ont

pu brandir le nombre de leurs victimes comme source de fierté, peu importe les

raisons et les finalités de ces conflits.

Il n’y a aucune raison de nous enorgueillir de nos bestialités et c’est pourquoi, je vous exhorte

à l’apaisement, à la retenue et au pardon car, quoi que nous fassions cette crise comme toutes

crises dans ce monde, finira que par le pardon mutuel, dans la paix et le dialogue permanent.

Jeunesse de Centrafrique, chers amis frères et sœurs !

je vous invite à la retenue et à la réflexion profonde sur le sens que nous devons donner à

notre combat commun car en vérité aussi nous n’avons qu’un seul combat à tous, profitable

pour tous qui est celui de la recherche de la paix et la cohésion sociale pour baliser la route de

notre développement socio-économique et notre prospérité nationale en tant que peuple et en

tant que nation libre et souveraine.

Soyons tous des vecteurs de paix d’harmonies et de dialogue dans ce pays des aujourd’hui et

pour toujours.

Regardons autour de nous combien d’années si non de décennies ont duré ces crises

interminables et qui en sont les véritables victimes et les bénéficiaires ?

Réfléchissions un peu au mode de fonctionnement de ceux qui nous imposent ces crises

interminables.

Pourquoi toujours lorsque nous-nous trouvons à la veille d’une sortie de crise il seØ

trouve des accidents de parcours, comme par hasard qui viennent remettre le feu aux

poudres ?

Pourquoi aussi ce sont toujours les innocents qui tombent, les pauvres populationsØ

centrafricaines qui aspirent à la paix et au bien- être qui sont toujours fauchés par leurs

balles assassines ?

Pourquoi toujours agiter par la manipulation et l’instrumentalisation des vieux démonsØ

de conflits inter religieux, identitaires et communautaires alors que nous avons tous

depuis longtemps toujours vécu ensemble et en parfaite harmonie dans ce pays qui

nous appartient tous ?

Pourquoi subitement il devient difficile pour nous de réaliser que dans chaque nationØ

du monde la diversité est une source intarissable de richesse et de fécondités ?

Pourquoi nous renier nous-mêmes alors que nous savons tous que chacune de nosØ

familles sont composées de métissages et de solidarités solides depuis des siècles

depuis que le monde est monde dans cette Afrique berceau de l’humanité ?

Mes chers compatriotes observons que c’est au moment même où madame la Présidente de la

REPUBLIQUE Chef de l’Etat de Transition S.E.M Catherine Samba PANZA se trouve à

l’ONU pour interpeller la communauté internationale et solliciter les derniers soutiens de tous

genres, tant matériels et financiers afin de nous aider à sortir de cette crise, que ces incidents

malheureux sont orchestrés.

Jeunesse de Centrafrique, mes chères compatriotes !

Je vous invite à revoir en souvenir la date du 06 septembre dernier au stade20000 places ;

date ou, nous célébrions la joie pour un match de football gagné par notre équipe nationale.

Ce match avait regroupé toutes les confessions confondu à savoir chérifien et musulmans,

personne âgées, jeunes notamment toutes les sensibilités de la place dans les tribunes.

Ce jour comme de bons enfants d’une même mère nous avions vibré et communié, en

savourant la victoire de notre équipe nationale de football face à l’équipe nationale de football

de la RDC. L’on aura espéré vivre aussi pareil cette même joie pour le prochain match prévu

le 08 OCT prochain mais hélas faut de stabilité, nous craignons priver notre patrie de ce

privilège.

Chers compatriotes refusons la fatalité, refusons de nous laisser emporter par les agendas

malsains et destructeurs qui risquent de nous causer plus de tort que de biens

Donnons-nous la main, et refaisons chemin ensemble pour barrer la route aux manipulateurs,

vendeurs d’armes et de malheurs. Réconcilions nous, soyons fort et unis pour unanimement

dire non à l’implantation du terrorisme dans notre pays.

Ressoudons-nous pour nous donner la chance de rebâtir une nation libre, souveraine et

capable de construire un avenir meilleur et radieux pour ses filles et fils qui souffrent depuis

des décennies alors que la nature nous a pourtant bien nantis.

Centrafricaines Centrafricains chères frères et sœurs

Unissons-nous pour nous doter des institutions fortes et non des hommes forts qui se rendent

eux-mêmes justice au détriment de la loi.

Unissons-nous pour combattre notre ennemi commun qui est la pauvreté et l’ignorance.

Resserrons nos rangs pour sauver notre cher Centrafrique, la terre que nos ancêtres nous ont

léguée et dont nous avons le devoir de bien garder et améliorer pour les générations futures

Le pays nous appelle et nous invite à la paix pour soigner ensemble nos plaies afin de donner

la chance à nos enfants de bénéficier de nos sacrifices et de nos labeurs dans un élan

patriotique , révolutionnaire et collectif de tous les centrafricains pour tous les centrafricains !

Rebâtissons une nation forte de justice, de liberté et de démocratie afin d’être de dignes

acteurs et bâtisseurs de la civilisation universelle d’une Afrique prospère et d’un monde

meilleur

Condoléance aux familles éprouvées !

Vive la République Centrafricaine

Vive l’unité et la réconciliation nationale

Pour que vive la paix, gage de notre avenir

JE VOUS REMERCIE

Commenter cet article