Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFRIKANEWS

COTE DIVIOIRE:Triste fin de vie pour un garde de sous préfectureanente soit relayé, et qu'enfin ces coupeurs de route et faucheurs de vie soient arrêtés,

13 Septembre 2015, 05:11am

Publié par Mspdi Ubuntu

COTE DIVIOIRE:Triste fin de vie pour un garde de sous préfectureanente soit relayé, et qu'enfin ces coupeurs de route et faucheurs de vie soient arrêtés,

Bonfils, un simple nom, un de plus, rayé de la liste des vivants : Il était garde de la sous-préfecture de Bangolo. C'était le sergent chef Bahé Gninion Bonfils, 40 ans, marié, père de deux adorables fillettes. Sa vie s'est interrompue brusquement vers 22 heures, le lundi 7 septembre sur l'axe Zou-Bangolo.

En mission, le sergent Bahé avait accompagné en moto le chef de cabinet du préfet de Bangolo à Zou, une localité à 80 km, car sur ces pistes mal entretenues la moto s'impose. Il s'agissait de préparer l'arrivée du Préfet qui devait entreprendre une tournée de sensibilisation des populations et les inviter à davantage de cohésion sociale.
Mais sur le chemin du retour, les deux hommes sont tombés dans une embuscade tendue par des hommes armés.
Et arriva ce qui n'aurait jamais dû arriver dans un pays civilisé ou en voie de l'être : à l'approche de la moto, des coup de feu ont éclaté, le sergent a freiné, mais pris de peur et sans arme, il a tenté de se sauver, devenant une proie facile pour ses agresseurs qui l'ont criblé de balles. Le chef de cabinet également a été blessé par balles. Les hommes armés ont dépouillé les deux hommes de tout ce qu'ils avaient sur eux, laissant la moto sur place. Quant au chef de cabinet, il a trouvé refuge dans un campement non loin du lieu de crime. Le chef du campement sollicité a avisé la brigade de gendarmerie de bagnole qui s'est rendue sur les lieux pour faire les constats d'usage.

Rappelons que les gardes de préfecture et sous préfectures sont le seul corps para militaire de Côte d'Ivoire qui est appelé à assurer la protection des préfets et sous préfets en uniforme militaire mais sans arme ! Et pourtant l'état de Côte d'Ivoire n'est pas adepte de la non violence de Gandhi, loin s'en faut : il est plus facile à un bandit, chef de gang et ancien mercenaire rebelle de se procurer et de se servir d'une arme qu'à un garde, qui pourtant a été formé à la protection des personnes et au maniement des armes!
Un grand merci, donc, à l'état de Côte d'Ivoire qui prend bien soin de son personnel administratif et para militaire, l'exposant à devoir donner sa vie gratuitement, inutilement pour que des bandits, mafieux, souvent en cheville avec certains gangsters du gouvernement puisse dépouiller, voler, tuer des personnes qui ne demandaient qu'à vivre travailler et aimer leur pays. Tout ça, pour éviter que des fonctionnaires ou assimilés puissent se servir d'une arme contre l'état de non droit que ce gouvernement incarne. Et bien sûr, une petite larme sera versée sur le sergent Bayé Gninion Bonfils, au nom de la nation; mais qui rendra un époux et un père aimant à toute une famille décapitée, une de plus dans ce mouroir aux dimensions de la Côte d'Ivoire?

En attendant, la dépouille du sergent Bayé Gninion Bonfils se trouve à la morgue de Bangolo, dans un piteux état, selon les amis du sergent qui m'ont contactée pour que ce "fait divers" dans cette Côte d'Ivoire de l'insécurité permanente soit relayé, et qu'enfin ces coupeurs de route et faucheurs de vie soient arrêtés, réprimés par un gouvernement digne et représentatif du peuple et non de ses bourreau.

Par Shlomit Abel,13 septembre 2015

Source Facebook

la sous-préfecture de Gbgagbam, (et non bangolo)

Commenter cet article