Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFRIKANEWS

GUINEE : Le Professeur Gillaume Hauwing dit ses verites a propos des elections du 11 octobre 2015

26 Septembre 2015, 01:39am

Publié par Mspdi Ubuntu

GUINEE : Le Professeur Gillaume Hauwing  dit ses verites a propos des elections du 11 octobre 2015

Ma vérité des élections du 11 octobre 2015 : En politique, le peuple est comme la nature.

2010, 52ème anniversaire de l’indépendance guinéenne, Pr. Alpha Condé a eu au moins 52%.
2015, 57ème anniversaire de l’indépendance guinéenne, Pr. Alpha Condé aura-t-il au moins 57% ?

Si au 52ème anniversaire de l’indépendance il a eu 52%, quel pourcentage aura-t-il au 57ème anniversaire ? « Il n’y a pas de question idiote, seulement une réponse idiote », Albert Einstein.

Depuis qu’on est passé de 24 opposants à 8 opposants entre 2010 et 2015, soit 3 fois moins, j’ai compris que l’élection de 2015 sera une élection de toutes les coïncidences possibles. Je suis un scientifique qui croit que le secret de DIEU se trouve dans l’observation. Je suis un scientifique qui estime connaitre un peu la nature, mais qui est convaincu ne rien connaitre de la nature humaine. Je suis un scientifique qui croit qu’il est plus facile de lire un peuple que de lire un seul homme. . Un homme peut extérioriser ce qui n’est pas du fond du cœur. Quand le peuple veut ou tient à une chose, ça se sent. Quand le peuple ne veut pas ou ne tient pas à une chose, ça se sent aussi également. Un homme peut dire oui et faire le non. Le oui du peuple reste son oui, le non du peuple reste son non. Quand le peuple dit oui, il fait le oui. Quand le peuple dit non, il fait le non. Un homme peut se mentir, le peuple ne se ment jamais.

Le peuple est un peu comme la nature : La nature, les choses sont évidentes : Quand il doit pleuvoir, on sent les signes. Quand il doit faire chaud, on sent les signes. Quand il doit faire frais, on sent les signes. Depuis la nuit des temps, le jour et la nuit alternent toujours. L’été, l’hiver, l’automne et le printemps alternent toujours aussi. Jamais il n’y a eu deux nuits successives sans alternance de jour et vice-versa. L’un enfante toujours l’autre : Le jour enfante la nuit, la nuit enfante le jour. Une saison enfante toujours une autre.

L’homme, que sais-je de lui ? Quand il dit : « je monte », on peut le croiser en descendant. Quand il rit, il peut tuer. Quand il pleure, il peut tuer. Quand il se tait, il peut tuer. Bref, il peut tuer en riant, en pleurant ou muet. Il peut rire en plein jour et détruire en pleine nuit. Il peut servir DIEU et servir le Satan. Il peut verser les larmes pendant que son intérieur danse de joie. Il peut dire une chose et faire son contraire. Il peut bénir dans le visible et maudire dans l’invisible. Il peut extérioriser ce qui n’est pas du fond du cœur. Son extérieur est généralement en déphasage avec son intérieur. Il peut dire bonjour pendant qu’il fait soir et bonsoir pendant qu’il fait jour. Il peut se féliciter de la mort des millions de personnes et pleurer à chaude larme celle de son chien. Les sages chinois n’avaient-ils pas raison en disant ceci : « L’homme ne peut pas prévoir les résultats de ses propres
actions » ? Cet autre qui disait : « L’homme est connu inconnu », n’avait pas raison aussi ? Et enfin, celui qui disait : « Plus je découvre l’homme, mieux j’aime mon chien » n’avait pas également raison aussi ? Oui, je suis un scientifique qui estime que la psychologie est la science la plus incertaine et la plus improbable des sciences.

Ce peuple lisible, traduisible, prévisible et saisissable, qui est l’opposé de l’homme pris singulièrement, annonce des couleurs plus que rassurantes. Des couleurs qui forcent ceux qui ont les yeux pour observer et la tête pour lier les faits aux faits, de venir à la conclusion suivante : Si en 2010, au 52ème Anniversaire de l’indépendance, Alpha Condé a eu au moins 52%, en 2015, au 57ème anniversaire, il y a une probabilité proche à l’unité qu’Alpha Condé arrive à au moins 57%.

Pour finir, je pense et dis ceci : Avec l’œuvre, l’homme devient l’opium du peuple.

Pr. Guillaume Hawing

Commenter cet article