Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFRIKANEWS

BURKINA FASO : Les grands défis du Président Roch KABORE pour réconcilier et développer le Burkina Faso

9 Janvier 2016, 08:47am

Publié par Mspdi Ubuntu

BURKINA FASO : Les grands défis du Président Roch KABORE pour réconcilier et développer le Burkina Faso

Les Africains dans leur majorite attendent de voir les nouveaux dirigeants au pied du mur a Ouagadougou. Le peuple ayant fait sa part il revient aux nouveaux hommes forts de Ouagadougou de remettre le pays sur le chemin du developpement .

Nous vous proposons ici l analyse de Charles Malone Mayomo

Le Burkina Faso commence un nouveau virage de son histoire après la prise de fonction du nouveau président élu qui sonne la fin de la Transition de Michel Kafando et Isaac Zida .

Le tout nouveau gouvernement du président Roch Kabore doit prendre assez vite la mesure de vraies réalités existentielles du peuple burkinabé. Au nombre des défis qui se dressent devant lui il ya la Réconciliation, la lutte contre la pauvreté par la création d’emplois et surtout la bonne gouvernance.

Au regard du passif laissé par l assassinat du Capitaine Thomas Sankara il ya presque trente ans, suivi du règne sans partage de Blaise Compaoré qui a avait eu a profiter, on sen souvient, de la complicité et la couverture du premier président ivoirien, Félix Houphouët Boigny jusqu’à la mort de celui-ci, l’on a pu comptabiliser un nombre important de burkinabés de la mouvance sankariste qui ont pris le chemin de l’exil pour ne plus jamais revenir au pays natal. Parmi eux beaucoup sont morts loin de leurs parents et la terre de leurs ancêtres. Ceux restées au pays ont subi le régime de Blaise Compaoré qui les a contraints au silence pendant presque trois décennies. On peut y ajouter le gros bateau de ceux qui sont descendus dans les régions forestières du sud a la recherche d’un mieux être social et économique.

La gestion du pouvoir de Blaise qui s’articulait autour du clan familial et des privilégiés au pouvoir a produit une grande masse de burkinabés qui vivotaient en dessous du minimum vital et ceci aura contribué à accroitre le nombre compatriotes de Sankara en Cote d Ivoire et au Ghana, pour ne citer que les principaux pays d’accueil de cette diaspora.

Les nombreuses victimes du pouvoir de Blaise dont le plus populaire Norbert Zongo, en dehors de Sankara, ont laissé des traces indélébiles qu’il va falloir effacer. Sans oublier les victimes de répressions des manifestations anti Compaoré qui sont legion. Les patriotes burkinabés qui ont donné de leur sang, leur v ie et sueur pour que ce changement arrive attendent des améliorations concrètes dans leurs vies quotidiennes qu’il faudra satisfaire.

La lutte pour les changements démocratiques et sociales

Ainsi les divergences politiques ont crée ces dernières années des frustrations diverses

Réconcilier un tel pays ne semble pas chose facile surtout que les relations entre le Burkina et la Cote d’ivoire, pays accueillant le plus gros lot de la diaspora, ne semblent plus au beau fixe. Selon les statistiques croisées on dénombre près de 3 à 4 millions de burkinabé vivant sur le sol du pays de Konan Bédié .Ce contingent est un levier ou une force motrice de la population qui a un poids très remarquable dans le pays de Roch Kabore. En effet cette diaspora est importante tant économiquement, que politiquement dans la nouvelle nation du Faso a reconstruire. Ils sont pour la plupart des commerçants et grands planteurs de café et cacao , entrepreneurs prospères qui malgré la guerre sous le régime de Gbagbo sont restes en Cote d’ivoire sans être inquiétés.

L’on se souvient d’ailleurs des grandes mobilisations et meetings des communautés burkinabés organsinées dans toutes les régions de la Cote d’ivoire sous la houlette d’un certain Kima Emile, Ambassadeur de la PAIX, défenseur des Accords politiques de Ouagadougou , qui a servi de courroie pendant plus dix ans entre les ivoiriens et ses compatriotes dans tous les hameaux du pays accueil. Mais également intercesseur et porte parole de la grande communauté CDEAO mobilisée autour des burkinabés de Cote d’ivoire. Si cette force économique, sociale et politique burkinabé est bien remobilisée et encadrée par le régime de Roch Kabore l on peut bien espérer que le Burkina Faso pourra attirer de nombreux capitaux propres nécessaires a des investissements locaux importants provenant des nationaux. Egalement si le nouveau gouvernement réussi a bien accélérer le dossier judiciaire de l affaire Sankara ainsi celui du coup d’état de Dienderé afin que la justice éclate enfin, alors un bon nombre de victimes et parents de victimes si non la population dans sa majorité pourraient y trouver leur compte et seraient ainsi apaisés.

Le pays a besoin de prendre son envol par le travail et la lutte contre la pauvreté en instaurant une meilleure gouvernance par des institutions crédibles et un climat favorable aux investissements étrangers tant prives que publics. La cohésion sociale tant recherchée a un prix et il faut la rechercher a de toute urgence par la démocratie, la justice , le travail et les investissements en oubliant pas les burkinabés sont déterminés a avancer pour le meilleur

Le Burkina Faso a de bonnes raisons d’espérer et le plus grand mal que l’on puisse souhaiter est une bonne chance au nouveau Président sur qui repose l’espoir d’un peuple qui a trop souffert et qui espère légitimement récolter les fruits de tous ses sacrifices a court et moyen terme. L Afrique entiere est curieuse de voir Roch Kabore faire decoller le pays de Thomas .

Charles Malone Mayomo

mayomonews@gmail.com

Commenter cet article