Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFRIKANEWS

PROCES DE GBAGBO: Tchedjougou Ouattara repond au journal Nouveau Reveil

27 Janvier 2016, 09:09am

Publié par Mspdi Ubuntu

PROCES DE GBAGBO: Tchedjougou Ouattara repond au journal Nouveau Reveil

Un langage confus : "Avant l'audience du 28 janvier, que vaut la parole
de Gbagbo devant la Cpi " ? S'interrogea le Nouveau Réveillé...

Ou bien, nous sommes " au 28 janvier, et Gbagbo parle devant la Cpi", et on en juge
de l'épaisseur desa "parole" ou "avant" cette date, Gbagbo n'est pas encore "devant
la Cpi" pour que les prestidigateurs en jugent, par anticipation divinatoire, de la "valeur"
de sa "parole".

Mais, à l'intention du truc de Kah Zion Denis, il faut d'ores et déjà indiquer qu'à un procès,
comme celui-là, il y a plus que "la parole", leur "parole" préfabriquée avec du fil blanc,
à produire.

En effet, à un tel procès, il y aura à satiété, tout d'abord, le déroulé factuel des circonstances
des crimes allégués, et ensuite, et surtout, l'ensemble des textes de loi exclusivement
applicables auxdits faits.

Ainsi, sur la circonstance de l'actualité, la "parole de Gbagbo" se contentera de rapporter,
qu'élu le 22 octobre 2000, Gbagbo demeurait, conformément à la Constitution ivoirienne, le
Président de la République de Côte d'ivoire, jusqu'à la prise de fonction d'un nouveau Président...

Qu'à ce titre, et nonobstant le caractère conflictuel des élections du 28 novembre 2010,
lui, Gbagbo, incarnait l'Etat de Côte d'Ivoire jusqu'à ce que le contentieux soit définitivement vidé
selon les voies de droit...

Qu'ayant été régulièrement déclaré vainqueur par le Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire, il
s'était totalement disposé à voir le contentieux, né de la contestation de ces résultats, par
Dramane OUATTARA, vidé selon des mécanismes usuels de non violence, en vigueur en la
matière...

Que sur le sujet, il prend Banki Moon, ci-devant S.G de l'Onu à témoin, s'il n'avait pas, de bonne foi,
proposé un recomptage des voix, comme cela venait de se faire à Haïti, à Moldavie, et même aux Usa...

Qu'à cette proposition pacifique, l'armée rebelle de Dramane OUATTARA, embusquée, avait
été immédiatement actionnée par son propriétaire...

Que cette armée dont certaines unités baptisées "Commando Invisible", s'étaient aussitot mises à massacrer,
et les forces de sécurité, et les populations civiles comme celles du village d'Anonkoi-Koute...

Qu'à travers tout le pays, ostentatoirement aidées des forces Onusiennes et françaises de Nicolas Sarkozy,
les forces rebelles massacrant le peuple de Côte d'Ivoire, en particulier, dans la partie occidentale du pays...

Que, lui, Gbagbo, offre à la Cpi d'étayer toutes ses affirmations (parole), par la production de la Constitution
ivoirienne, la loi organique de la Cei, des éléments visuels et sonores authentifiés...

Qu'il met au défi Dramane OUATTARA, Bedié Valpierre et leur Kah Zion Denis, de démontrer :

1)- Que la Cei n'était pas forclose après le 1er décembre 2010, conformément à sa loi organique...

2)- Que le Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire n'était plus la juridiction suprême des élections
Présidentielles....

3)- Que celui-ci ne l'a pas déclaré vainqueur de ces élections du 28 novembre 2010...

4)- Qu'avant le règlement définitif du contentieux né desdites élections, il ne demeurait plus
en fonction...

5)- Qu'à ce titre, et en tant que seul chef suprême, de la seule armée de Côte d’Ivoire, il ne lui
incombait plus d'assurer la sécurité des biens et des personnes en Côte d'Ivoire, surtout en
en présence de ces multiformes attaques injustes ?

6)- Que Dramane OUATTARA et Soro Guillaume n'avaient pas convoyé leurs rebelles de Bouaké à l'hôtel
du Golf ?

7)- Que la marche dite pacifique, en vue de la prise de la télévision ivoirienne, le 17 decembre 2010, l'était
vraiment, et n'était pas encadrée par les rebelles porteurs de roquettes en position de tir ?

8)- Que le " Commando invidible" et les massacres, par lui perpétrés sur les forces de défense et de sécurité
sont-ils une invention de lui, Gbagbo ?

9)- Qu'il n'a pas officiellement appelé au règlement pacifique du conflit, au travers d'un simple recompte de voix,
pour être la cause des 3.000 morts allégués, à l'occasion de cette crise post-électorale ?

10)- Que si Monsieur Banki Moon n'a pas assimilé une telle proposition à une pire "injustice" faite à Dramane OUATTARA ?

11)- Que s'il devait laisser les rebelles héliportés, pour la plupart, massacrer les populations civiles et les forces régulières,
sans demander à ces dernières de se défendre légitimement contre ces rebelles, et de protéger ces populations ?

12)- Que si les décisions du conseil constitutionnel de Côte d'ivoire sont dénudés de toute valeur juridictionnelle, il doit
lui être expliqué l'intérêt qu'a éprouvé Dramane OUATTARA à voir le même Conseil constitutionnel, non seulement,
à réviser les résultats donnés par ledit conseil le 2 décembre 2010, mais à recevoir son deuxième serment, après
celui écri depuis l'hôtel du Golf ?

13)- Que sur le sujet, et au regard des dispositions de l'article 98 de la Constitution ivoirienne, si un représentant du SI de l'Onu,
incarnait valablement une norme supra nationale ?

14)- Qu'au regard desdites dispositions de l'article 98 de la Constitution de Côte d’Ivoire, si Dramane OUATTARA a été valablement
installé à la Présidence à son détriment le 6 mai 2011 ?

Voilà "la parole" très simple, connue de tous, et les éléments de preuves que Gbagbo produira devant la Cpi...demain 28 janvier
2016.

Sa "valeur" ? Ne peuvent l'appréhender que seules les personnes dégagées des esprits de rébellion !

Parce que nous sommes ...au bout

Tchedjougou OUATTARA

Commenter cet article