Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFRIKANEWS

CPI CONTRE GBAGBO :Un juge aux abois , une accusation aux abois , une représentante de victimes aux abois .

12 Février 2016, 14:47pm

Publié par Mspdi Ubuntu

Fatou en veritable pion de loccident se trompe depoque et de client : Honte a eux les colons et collabos
Fatou en veritable pion de loccident se trompe depoque et de client : Honte a eux les colons et collabos

Le President Laurent Gbagbo et le ministre Charles Ble Goude sont aux mains des ravisseurs qui se trompent sur tout : leur cible, leurs arguments et surtout lepoque de leur imposture :Helas . Lisez cette analyse de notre consultant Adolphe INAGBE qui etale cette juridiction qui ne represente qune boite de resonnance de lestablishment neo colonial qui nous pille en abusant de l Afrique sur tous les plans . La Redaction

Retenons que à chaque moment que la CPI montre un signe de panique dans ce dossier du président GBAGBO , elle nous renvoie toujours à son même slogan celui de ne pas appeler notre héros président . Ce n'est pas nouveau pour nous . La CPI avait déjà demandé lors des audiences que les avocats du président GBAGBO ne l'appellent plus ainsi . C'est une information ordinaire pour nous .

La CPI a tout simplement montré ses faiblesses dans ce dossier du procureur contre le président GBAGBO sur le point essentiel pour lequel elle a déporté le président GBAGBO à la Haye .
Le point essentiel est celui ci : y'a t- il eu une politique , un plan commun mis en place par le président GBAGBO pour rester au pouvoir par tous les moyens ?
L'accusation pêche à le prouver c'est ce que nous constatons depuis le début de ce procès avec les démonstrations de Mc Donald et leurs témoins .

FATOU et Mc Donald soutiennent dans leurs charges contre le président GBAGBO que celui ci depuis 2000 et quelques temps après l'élection de 2010 , aidé par son entourage direct , a mis un plan en place qui visait à attaquer OUATTARA dramane et ses partisans pour confisquer le pouvoir y compris par la force . Le problème est que FATOU et Mc Donald n'ont pas encore pu expliquer au monde entier qui suit ce procès comment des gens qui doivent être exterminés par le président GBAGBO qui avait tout mis en place pour conserver le pouvoir ont pu battre campagne librement dans le sud de notre pays qui était pourtant sous contrôle des FDS que FATOU dit être forces - pro GBAGBO .Le président GBAGBO l'agresseur de OUATTARA et ses partisans ont pourtant payé les frais de la violence des rebelles de OUATTARA dans ce même sud de la côte d'ivoire .

FATOU dit que le président GBAGBO " avait pris les dispositions avant l'élection présidentielle dans la poursuite toujours de la politique de se maintenir au pouvoir en cas de défaite électorale . Il a consolidé son autorité ainsi que le contrôle qu'il exerçait sur les FDS".

FATOU oublie que même dans les démocraties occidentales , il n'y a jamais une distance entre le chef de l'état et ses relations avec les militaires avant les élections .
OUATTARA qu'elle défend à la CPI a dû lui même demander les services des hommes en treillis pour sécuriser sa parodie d'élection présidentielle .

FATOU Bensouda pour ton enseigne en 2010 les ivoiriens sont allés à une élection présidentielle sans le désarmement des rebelles de OUATTARA dramane .Les mesures de sécurités prises par le président GBAGBO étaient liées à la situation particulière de notre pays . Les rebelles que tu défends à la CPI constituaient un danger pour le déroulement même de cette élection et même l'intégrité territoriale de ce pays .

Il y a un débat de fond que FATOU et Mc Donald veulent éviter dans cette cour . La CEI a t- elle proclamé les résultats provisoires ? Non est la réponse , en termes de délai , de cadre et du fonctionnement de l'institution .
En côte d'ivoire quelle est l'institution qui doit proclamer les résultats d'une élection présidentielle ? Le conseil constitutionnel évidement selon les dispositions constitutionnelles de ce pays . L'avait il proclamé les résultats dans les délais légaux ? Oui est la réponse . Ce conseil constitutionnel avait il le droit d'annuler les résultats douteux ? Oui .
Le représentant de l'ONU choì quel était son rôle ?il devait tout simplement certifier la procédure , le déroulement normal du processus électoral . Il n'était pas celui qui devrait certifier l'élection présidentielle en dernier ressort , mais LES CRIMES .
En clair lorsqu'on lit les charges de FATOU contre le président GBAGBO , on se rend très vite compte que par son interprétation , elle a une position partisane et tente de manipuler l'histoire pourtant récente de notre pays .La CPI et les nations unies ses employeurs participent à rendre la réconciliation des ivoiriens impossible .
Ne pas appeler GBAGBO président à la CPI est tout simplement un aveu de manque de preuves . La CPI cherche à déplacer le débat sur un autre terrain parce qu'elle s'est rendue compte que ses procureurs ont mal préparé et mal ficelé le dossier contre le président GBAGBO qui se voit être détruit point par point par les avocats du président GBAGBO . Leurs témoins montrent leurs limites chaque jour . FATOU et Mc Donald sont donc nuls en droit et ne s'y connaissent pas . Voilà la vérité qu'ils tentent de masquer . Nous demandons aux avocats du président GBAGBO de continuer à l'appeler ainsi .

ADOLPHE INAGBE

Commenter cet article